Actualités gscg Spécial orientation 2015 : Entretien exclusif avec un D.R.H., M. Florent Houel

Spécial orientation 2015 : Entretien exclusif avec un D.R.H., M. Florent Houel

par gscg
gscg
gscg n'a pas encore mis à jour sa biographie
Hors ligne
le Mercredi 18 Février 2015 dans Lycée Saint-Joseph
entretien-exclusif-avec-Florent-Houel
 
Entretien exclusif pour notre site, avec un DRH (Directeur des Ressources Humaines), monsieur Florent Houel, responsable du recrutement à Aquitaine Electronique (22 M€ de chiffre d'affaires), société béarnaise de pointe dans le domaine de l'électronique embarquée, des systèmes et de l'informatique industrielle.
 
SJB : Comment êtes-vous devenu DRH (Directeur des Ressources Humaines) ?

F.H. : "Après un bac Pro Electrotechnique, un choix de vie s’est imposé et m’a orienté vers le Bachelor Ecole de Commerce de l’ESC Pau qui m’a permis de découvrir différentes disciplines liées au commerce, marketing, communication, finance, RH….En 3ème et dernière année, mon stage de fin d’étude a été au sein de la Cie IBM France au service Direction des Ressources Humaines pour mettre en place et participer au déroulement du Plan de Sauvegarde de l’Emploi de l’entreprise. Suite à cette période de stage, il m’a 102282208 oété proposé un poste en apprentissage au service Direction des Relations Sociales pour être le support aux Présidents des Instances Représentatives du Personnel d’IBM France pour la partie pratique et sur le campus de l’ESC Tours-Poitiers pour la théorie. Durant mes 2 années d’apprentissage j’ai donc appris le droit social (droit du travail),  à négocier avec les syndicats, préparer et rédiger  les accords d’entreprise, prendre des projets transverses etc….A la fin de cette période d’apprentissage, IBM France m’a embauché comme Responsable Relations Sociales pour toute la France, une partie de l’Europe et l’ensemble des filiales du groupe. Après quelques années à ce poste, j’ai pris le poste de Directeur Ressources Humaines du site de Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand avec des missions nationales pour le service Relations Sociales. Ce nouveau poste m’a permis de voir tous les aspects des Ressources Humaines avec les recrutements, les licenciements individuels, la formation, la paie, la GPEC ainsi qu’une partie plus Business de par la forte proximité avec les équipes techniques et commerciales. En 2012, j’ai décidé de démissionner pour rejoindre le groupe ZODIAC Seats France, une entreprise d’aéronautique qui s’occupe de la fabrication de tous les sièges d’avion avec un poste de Responsable Ressources Humaines et Relations Sociales. Un poste similaire au précédent dans un milieu plus industriel et des lignes de production qui n’existent pas ailleurs. En 2013, j’ai rejoint le groupe familial Aquitaine Electronique pour prendre un poste plus généraliste en supervisant les différentes activités R.H, Communication, Informatique, Moyens Généraux, Financière et Commerciale. Ce poste permet d’avoir une plus grande visibilité et un contact plus proche avec les affaires, les clients, les salariés et les acteurs externes à l’entreprise. L’aspect stratégique est désormais plus globale et pas seulement R.H comme j’avais pour habitude d’avoir."
 
 
SJB : DRH à Aquitaine Electronique en particulier, cela consiste en quoi ?

F.H. : "Aquitaine Electronique est une PMI avec des obligations égales quasiment aux grands groupes et des problématiques souvent communes voire plus accentuées. Le rôle de DRH au sein de notre entreprise est d’assurer au Dirigeant que l’entreprise est conforme aux lois en vigueur dans le pays d’un point de vue social (Droit du Travail – URSSAF – Convention Collective – Médecine du travail…)  Il est le garant du respect des règles au sein de l’entreprise. En plus de cela, le DRH doit gérer le personnel au quotidien et 102282355 oapporter le support nécessaire à tous les responsables d’entité qui peuvent avoir des besoins en recrutement, en primes, en augmentation, en entretien individuel, en formation pour eux-mêmes et leurs équipes ….Il faut également apporter une attention particulière à chacun des salariés de l’entreprise pour aider, conseiller, écouter ou  résoudre des problèmes de tout ordre. Il y a également une partie dédié à la paie qu’il faut assurer tous les mois en s’assurant du bon respect des règles conformément à la convention collective et aux innombrables règles qui changent régulièrement. Il faut assurer une bonne relation avec les membres de la Délégation du Personnel pour assurer le climat social de l’entreprise."
 
 
102282385 o
102282433 o
 
 
SJB : Dans le N° 414/Janvier 2015 du magazine économique Challenges, les DRH interviewés indiquent que les recruteurs ont des difficultés à trouver des candidats, en particulier pour tout ce qui touche à l’électronique, l’informatique et les nouvelles technologies qu’en pensez-vous ? Est-ce le cas à Aquitaine Electronique ?
 
F.H. : "Ils ont raison, le constat est réel et se mesure également au sein d’Aquitaine Electronique. Nous manquons aussi de candidats dans ces secteurs l’électronique, l’informatique et les nouvelles technologies. La tendance il y a quelques années était le marketing. Aujourd’hui, le marché est saturé et donc ces filières qui ont été créées trop vites, sont aujourd’hui désertées par les étudiants. Il faut donc rester optimiste et se dire qu’avec la bulle de l’informatique, les étudiants viendront vers nos métiers. En attendant, il faut soutenir les écoles comme la vôtre, qui forment nos jeunes à nos métiers et prolonger la formation après la sortie de l’école. "
 
102282477 o
 
 
SJB : Dans le hors-série Objectif Aquitaine Emploi et formation, on constate que de nombreuses entreprises n’arrivent pas à trouver des spécialistes en électronique et informatique embarquées et pour ces filières des Bac +2 (BTS ou DUT) sont des profils très intéressants ? Qu’en pensez-vous ?
 
F.H. : "Effectivement, comme susmentionné les entreprises n’arrivent pas à trouver des spécialistes en électronique et informatique embarquées, les étudiants ne se ruent pas sur nos métiers mais cela laisse la place aux passionnés.  En plus de ce constat sur les filières, il faut également développer l’attractivité de notre région et de nos villes. Les étudiants partent pour beaucoup à l’étranger et ceux qui restent visent les grands groupes à forte notoriété dans les grandes villes. Tout cela est logique et c’est à nous de nous adapter aux nouvelles générations. C’est aux Dirigeants et aux DRH de penser l’entreprise de demain pour accueillir nos jeunes. Concernant les niveaux, pour nos filières des Bac +2 (BTS ou DUT) sont des profils très intéressants mais c’est comme partout, il y a de très bons candidats avec un BTS ou DUT et de très bons candidats avec un diplôme d’ingénieur. Nous n’attendons pas forcément la même chose d’un BTS ou d’un DUT que d’un Ingénieur mais en fonction des emplois, nous avons besoin de tous les profils et de toutes les compétences. Tant que la passion anime les personnes, le travail sera accompli. "
 
102282508 o
102286596 o
 
 
SJB : Dans le n°3407/Janvier 2015 de l’Usine Nouvelle, la sous-traitance électronique bretonne qui emploie plus de 15 000 salariés est une filière qui ne connaît pas la crise et dont le chiffre d’affaire progresse de 4 à 5% par an, est le cas ailleurs en France ?

F.H. : "Je ne sais pas d’où sortent ces chiffres ni qui a contribué à l’étude mais la sous-traitance électronique a connu une forte mutation ces dernières années avec l’entrée de nouveaux acteurs comme la Chine, le Maroc, la Tunisie et l’Inde. Il faut nous adapter aux marchés et je souhaite que ces chiffres se vérifient dans le temps pour l’ensemble du territoire Français. Nous avons encore de nombreuses ressources pour nous distinguer grâce à notre haute technicité en France et c’est sur cela qu’il faut miser en ne laissant pas de côté les métiers qui permettent de produire car c’est l’ensemble de la chaîne qui valorise la technicité."
 
 102282850 o
102282879 o
 
 
SJB : Dans Economie Magazine/décembre 2014, un plan industriel sur l’embarqué se concrétise en France, la France veut devenir leader des objets connectés, les enjeux industriels sont énormes et augmenteraient la production électronique en France, qu’en pensez-vous ?
 
F.H. : "En effet, c’est un programme très ambitieux que nous soutenons et nous nous intégrons dans la démarche via notre département Recherche et Développement d’Aquitaine Electronique. Cela permet de montrer l’avance technologique de notre pays et de nos ressources. Mais il faut continuer d’innover tout en respectant l’environnement pour préserver la planète et réfléchir avec le recyclage des nouvelles technologies."
 
102282967 o
 
 
SJB : Lacroix Electronics qui emploie 460 personnes dans le Maine et Loire, fabrique des produits par unité ou par millions et forme son personnel en interne est-ce le cas à Aquitaine Electronique ?

F.H. : "Lacroix Electronics est une belle et grande entreprise. Le business modèle de Lacroix est différent de celui d’Aquitaine Electronique. Nous sommes sur des petites séries et/ou prototypes en fonction des affaires. Nous répondons à la demande de nos clients de la conception à la réalisation des produits en intégrant différentes solutions. Nous ne sommes pas uniquement présent dans l’Electronique malgré notre nom, nous avons également un Bureau d’Etudes mécanique, automatisme, informatique industriel et électrotechnique en plus de notre Bureau d’Etudes Electronique. La variété de nos compétences nous permet de réaliser des produits Industriels clés en mains sur mesure. Nous n’avons pas de produit grande échelle comme Lacroix. Cependant, nous avons une stratégie identique sur la formation de notre personnel. Etant certifié organisme de formation, nous dispensons à chaque nouvel entrant ou chaque évolution de poste une formation interne si c’est dans nos compétences ou externes si nécessaire. L’objectif est de maintenir le niveau technique le plus élevé possible. "

SJB : Après le drone furtif de combat Neuron de Dassault Aviation et le drone britannique Taranis, la France et le Royaume-Uni vont collaborer pour élaborer un nouveau drone de combat commun, Aquitaine Electronique participe-t-elle aussi au développement des drones ?

F.H. : "Le projet est encore à un niveau élevé dans les stratégies et le choix de l’ensemble des sous-traitants n’est pas encore communiqué. Nous espérons que notre savoir-faire depuis plus de 30 ans soit reconnu et que notre société Aquitaine Electronique pourra participer à ce projet. Nous avons de solides connaissances dans le domaine des drones grâce à notre haute technicité en matière d’équipement embarqué en aviation civile et militaire mais également pour avoir développé un drone sous-marin. Les technologies sont semblables sur certaines fonctions et la complémentarité pourra je l’espère nous permettre de nous associer aux nouveaux grands programmes de drones."
 
102283071 o
102283096 o
 
 
SJB : Les start-ups et l’avenir font bon ménage surtout quand on voit le succès et le taux de croissance de certaines Start-up dans le secteur du numérique et des Nouvelles Technologies, Dassault Systèmes a acheté 7 Start-ups en deux ans pour 900 millions d’euros, qu’en pensez-vous ? Que pensez-vous des incubateurs ?

F.H. : "Les start-up sont typiquement le reflet de la génération Y et sont donc un modèle de société qui va se développer encore. Les jeunes sont innovants, motivés et entrepreneurs. Il faut leur laisser le champ libre et la possibilité de le faire en les aidants via les incubateurs. Il faut simplement encadrer au mieux ce type d’initiative et ne pas faire illusion par des start-ups sous perfusion des subventions de l’état. Pour ma part, je pense qu’il faudrait que ces incubateurs soient simplement détenus par des chefs d’entreprise par secteur  d’activité comme cela est déjà le cas dans certains d’entre eux. Cela permet d’envisager des collaborations fructueuses entre jeunes entrepreneurs mais également, cela pourrait orienter les projets qui n’avancent pas ou peu par exemple. Les start-ups doivent bénéficier de l’expérience des grandes entreprises ou des PME/PMI pour éviter certains pièges et c’est en cela qu’il faudrait sûrement porter une amélioration dans le système des incubateurs."
 
102283134 o
102283264 o
102283279 o

102283422 o
102284262 o

 

SJB : La présidence de la République a confirmé jeudi 12 février 2015, la vente à l'Égypte de vingt-quatre avions de combat omnirôle et multi-missions Rafale de Dassault. C'est le premier succès à l'exportation d'un appareil, de très haut niveau selon les pilotes de l'armée de l'air française. Le montant de la vente des vingt-quatre Rafale, mais aussi de la FREMM Normandie de DCNS et de missiles de MBDA, s'élèverait à 5,2 milliards d’euros. Est-ce une bonne nouvelle pour la filière aéronautique française, et pour les sous-traitants en électronique ? Est-ce une bonne nouvelle pour Aquitaine Electronique ?

F.H. : "Cette annonce est une grande première dans l’histoire du Rafale et s’apparente à une très bonne nouvelle pour l’industrie aéronautique Française et donc par voie de conséquence pour Aquitaine Electronique. Aquitaine Electronique a conçu des produits embarqués à bord du Rafale et de la frégate FREMM. Nous espérons désormais que ce premier pas franchi amènera de nouveaux contrats à l’export pour l’ensemble de l’Industrie Française. C’est une excellente nouvelle pour lesquelles il va falloir attendre de connaître désormais les clauses de ce contrat."

102284326 o

 

SJB : Un dernier conseil pour nos lycéens en BAC Pro SEN (Système Electroniques Numériques) de Gabarret ?

F.H. : "Nos entreprises sont en mutations technologiques permanentes mais pour cela j’ai confiance en vous, jeunes lycéens de BAC Pro SEN de par la spécialisation de ce BAC Pro, son référentiel et ses stages, pour être à la pointe. Il faudra donc se différencier et en plus d’un attrait prononcé pour votre métier futur, il faut intégrer la notion de la langue anglaise dans tous vos projets et la polyvalence dans vos savoir-faire et savoir-être. Car il faut pouvoir échanger parfaitement dans l’industrie pour évoluer et ce sera votre défi. En effet, la polyvalence va vous permettre de communiquer avec d’autres corps de métier utile à l’avancement des projets malgré des différences notables entre métiers. (Niveau de précision, acronymes, vocabulaire…) Car aujourd’hui, notre client, notre fournisseur, notre sous-traitant et pour beaucoup d’entreprise leurs responsables ne sont pas basés en France. Il faut pouvoir échanger parfaitement dans l’industrie pour évoluer et ce sera votre défi. Avec l’entrée de nouveaux acteurs comme l’Inde et particulièrement la Chine qui produit des grandes séries donc des productions de grands volumes ; L’apprentissage du Chinois mandarin est un atout important et c’est une très bonne chose de le voir enseigner en BAC Pro SEN dans votre Lycée."

102284378 o

102284439 o

102284475 o

 

Un grand merci à Monsieur Florent Houel pour cet entretien passionnant, riche en informations et en renseignements qui, nous l’espérons, permettra aux jeunes d’approfondir leur projet d’orientation et complètera sûrement les informations souvent très superficielles des revues « spécialisées » dans l’orientation et des CIO.

A propos d’orientation, voici une sélection de BTS, DUT, licence Pro et Master après le BAC Pro SEN :

 

102285936 o

 

A propos d’orientation, voici une sélection de BTS, DUT, licence Pro et Master dans lesquels nos anciens élèves de BAC Pro SEN de Gabarret ont poursuivi leurs études, ont obtenu leurs diplômes, où certains sont actuellement en train de finir leurs cursus universitaires.

102286006 o

Après le BAC Pro SEN  voici les BTS sélectionnés :

  • BTS SN  Systèmes numériques option Informatique et Réseaux
  • BTS SIO Services Informatiques aux Organisations
  • BTS Design graphique option communication et médias numériques
  • BTS Métiers de l'audiovisuel option métiers du son

 

Après le BAC Pro SEN  voici les DUT sélectionnés :

  • DUT Réseaux et télécommunications
  • DUT Informatique
  • DUT génie électrique et informatique industrielle (GEII)
  • DUT statistique et informatique décisionnelle
  • DUT métiers du multimédia et de l’internet

 

Après le BAC Pro SEN voici les Licences PRO sélectionnées :

  • Licence pro CART spécialité Chargé d'Affaires en Réseaux et Télécoms
  • Licence pro ASUR spécialité Administration et Sécurité des Réseaux
  • Licence pro ISVD spécialité Intégration des Systèmes Voix/Données
  • Licence pro RTHD spécialité Réseaux Très Haut Débit
  • Licence pro EEA Electronique - Electrotechnique - Automatique
  • Licence pro ST-AII spécialité systèmes automatisés et réseaux
  • Licence pro DEGC  spécialité e-commerce/e-marketing
  • Licence pro ST-SSIL spécialité communication multimédia
  • Licence Pro Conception et Commande de Systèmes Electriques Embarqués
  • Licence Pro Conception et Production de Systèmes Electroniques

 

Après le BAC Pro SEN voici les Masters sélectionnés :

  • Master génie logiciel
  • Master informatique décisionnelle
  • Master génie électrique et informatique industrielle
  • Master systèmes de télécommunications et réseaux informatiques
  • Master EEA spécialité Electronique pour les Systèmes Embarqués et Télécommunication (ESET)
  • Master SESI spécialité systèmes électroniques, systèmes informatiques

 

102286212 o

 

 

Lectures : 3327
Noter cet article
26 votes
Rejoignez-nous sur Facebook